12 questions à vous poser pour trouver un stage à la dernière minute

Toujours pas de stage en vue pour étoffer votre expérience professionnelle et valider votre formation ? Pas de panique. L’Etudiant vous donne 12 pistes pour multiplier vos chances d’en dégoter un avant l’été.

« On est en mai et je n’ai toujours pas de stage de fin de cycle », se désole Titouan, 20 ans, étudiant en troisième année de Bachelor en école de commerce, à Dijon (21). « Je ne trouve pas de stage à Reims pour valider mon master en contrôle de gestion », s’inquiète Thierry, étudiant en M2 à l’université de Reims-Champagne-Ardennes. Pas de panique ! Notre check-list de 12 questions, vous aidera à identifier des pistes pour trouver enfin le stage adapté à votre formation.

1. Vous êtes-vous suffisamment renseigné auprès de votre établissement de formation ?

Le SCUIO (service orientation et insertion professionnelle) de votre université, le BAIP (bureau d’accompagnement à l’insertion professionnelle) ou encore le service des stages de votre établissement de formation : tous ces organismes doivent vous donner des informations. Vos enseignants peuvent également vous fournir des pistes. Pensez aussi aux professionnels qui sont intervenus en cours, en TD et en conférences. Enfin, n’oubliez pas de faire le tour des associations d’étudiants présentes sur le campus : elles sont en contact avec des entreprises qui les sponsorisent ou leur commandent des prestations.

Consulter les offres de stage de letudiant.fr

2. Avez-vous fait jouer le réseau des anciens de votre école ou université ?

Contactez les diplômés des promotions précédentes de votre BTS, DUT, licence, masterLes entreprises dans lesquelles ils travaillent prennent peut-être des stagiaires. Vous trouverez facilement leurs coordonnées via les réseaux sociaux professionnels, tels que LinkedIn. Sur Facebook, cherchez le groupe d’anciens de votre école ou formation, ils y postent peut-être des offres de stage. Sinon, n’hésitez pas à les informer de votre recherche.

Lire aussi : Droits du stagiaire, le Vrai/Faux.

3. Avez-vous relancé les entreprises contactées ?

N’ayez pas peur de téléphoner aux employeurs sollicités dans les 3 ou 4 jours suivant l’envoi de votre candidature par courriel. C’est le bon moment pour les relancer. « Si vous attendez à chaque fois que le recruteur vous appelle pour décrocher un entretien, vous risquez de patienter un moment ! » ironise Jean-Eudes Yahouedehou, cofondateur du cabinet de recrutement Seeqle. Et d’ajouter : « Prenez l’initiative d’appeler l’entreprise pour vous assurer que votre candidature a bien été réceptionnée. Profitez-en pour suggérer une rencontre avec le recruteur. Les prises d’initiative sont synonymes d’assurance et d’autonomie, des qualités appréciées. »

4. Avez-vous étendu votre recherche géographiquement ?

Ne vous limitez pas à votre ville de résidence ou à votre bassin d’emploi. Soyez mobile ! Élargissez votre recherche à la région, voire aux régions voisines. Plus la zone est large, plus vous avez de chances de parvenir à vos fins. Pour les emplois de niveau bac+5, en particulier, le marché du travail est national et même international. N’hésitez pas à demander les aides à la mobilité du conseil général, du conseil régional ou du CROUS pour supporter les éventuels frais de déplacement et de logement. Vous pouvez aussi faire appel à votre famille pour vous loger.

5. Avez-vous élargi votre champ d’entreprises et de secteurs ?

Vous souhaitez absolument trouver votre stage en marketing dans le luxe chez LVMH, Dior ou Chanel ? Pourquoi ne pas élargir votre recherche à un autre domaine ? L’automobile de luxe par exemple : vous restez dans l’univers du luxe mais dans un autre secteur que la mode ou les cosmétiques. En étant ouvert à des activités et des entreprises auxquelles vous n’auriez peut-être pas pensé au départ, vous pouvez augmenter vos chances.

6. Avez-vous bien exploité le réseau de vos proches et les réseaux sociaux ?

Parents, famille, amis, parents d’amis… Sollicitez dans votre entourage les personnes qui exercent une fonction proche de celle qui vous intéresse pour votre stage. Elles ont un réseau de relations professionnelles à vous communiquer.

Pensez aussi à publier une annonce sur les réseaux sociaux. Sur votre compte Twitter, par exemple, vous pouvez signaler dans votre mini-biographie que vous recherchez actuellement un stage. Sur LinkedIn, faites-en part sur votre profil, en dessous de vos nom et prénom.

Faites des posts réguliers et invitez vos contacts à partager et tweeter. « Vous pouvez rédiger une annonce avec une attaque un peu drôle actant du fait que vous vous y prenez en retard et en faire un avantage en énumérant ensuite vos compétences », conseille Guirec Gombert, rédacteur du site d’emploi RégionsJob.

7. Avez-vous consulté les sites spécialisés ?

Certains sites sont spécialisés dans les offres d’emploi et de stage comme AJstage, spécialisé dans le recrutement de stagiaires pour des PME et start-up, Kapstages ou iQuesta. N’oubliez pas le site jeunes diplômés de l’APEC (Agence pour l’emploi des cadres), qui propose beaucoup d’offres de niveau bac+5.

Enfin, toutes les grandes entreprises disposent sur leur site d’un onglet dédié au recrutement. Vous pouvez y consulter les offres de stage et d’emploi disponibles et déposer votre candidature spontanée.

Télécharger l’appli Stages de l’Etudiant

8. Avez-vous démarché les PME ?

Les grandes entreprises sont davantage connues et sollicitées, mais ne négligez pas les PME, voire les TPE (très petites entreprises). Elles ne diffusent pas toujours leurs offres mais elles peuvent proposer des stages intéressants. N’hésitez pas à leur envoyer des candidatures spontanées.

« Restez ouvert aux entreprises que vous ne connaissez pas », préconise Adrien Ducluzeau, fondateur du cabinet de recrutement La Relève. Exemple : si vous ne trouvez pas de stages chez Airbus, l’une des entreprises préférées des jeunes diplômés, pourquoi ne pas postuler chez ses fournisseurs ou sous-traitants, qui ont des besoins en talents et peinent à les trouver ? En plus, vous serez moins nombreux à concourir !

9. Avez-vous prospecté du côté de l’administration ?

La BIEP (bourse interministérielle de l’emploi public) publie des offres de stage dans les différentes administrations françaises, des collectivités locales et des établissements publics.

Entre 20 et 25 % des emplois en France se situent dans le secteur public, stages y compris. À la mi-mai, la BIEP proposait plus de 130 stages de niveau licence et plus de 125 stages de niveau master et plus. Peut-être le vôtre ?

10. Êtes-vous allé sur les forums et salons emplois ?

Il y a encore en mai et juin des forums de recrutement ou d’emploi. Par exemple, le challenge du monde des grandes écoles et des universités au stade Charlety, à Paris, en juin, où de très grandes entreprises (Atos, Renault, Disneyland Paris, Nestlé, Lagardère, SNCF…) recueillent les CV des jeunes diplômés entre deux manifestations sportives. Quel que soit le salon ou le forum, n’hésitez pas à laisser votre CV personnalisé et vos coordonnées aux entreprises, même si elles ne recrutent pas actuellement de stagiaires. Fixez-vous comme objectif de repartir avec au moins les coordonnées de la personne à contacter pour des stages. Elle aura peut-être besoin de vos services dans un mois ou pourra vous aiguiller sur un recruteur qui a des besoins.

11. Avez-vous envisagé un stage dans les institutions européennes ?

Et si vous regardiez au-delà des frontières ? Sur un CV, une expérience européenne ou internationale est toujours valorisante. Parlement, Commission, Conseil de l’Union, Banque centrale européenne, Médiateur européen… les institutions européennes recrutent régulièrement des stagiaires. Le Parlement européen, par exemple, propose deux fois par an quelque 600 stages rémunérés pour une durée d’environ 5 mois : stages de traduction, stages pour diplômés universitaires option générale, option « journalisme » ou encore option « Sakharov » (pour approfondir les connaissances sur l’action du Parlement européen en faveur des droits de l’homme). Attention, la concurrence est forte : il y a près de 25.000 demandes chaque année !

12. Avez-vous osé le porte-à-porte ?

« Une solution à envisager en dernier recours mais certains étudiants l’ont fait, et ça marche », soutient Adrien Ducluzeau. « Présentez-vous physiquement à l’accueil des 3 à 5 entreprises qui vous intéressent le plus, c’est un signe de votre forte motivation. »

Enfin rassurez-vous : des entreprises ont fréquemment des besoins de stagiaires à la dernière minute. À la mi-mai, beaucoup d’offres de stage pour jeunes diplômés sont encore à pourvoir « dès que possible » ! Donc, continuez d’éplucher les offres d’emploi. N’hésitez pas à retourner voir les entreprises partenaires de votre école ou université. Continuez d’envoyer des candidatures spontanées en assumant le fait que vous êtes dans l’urgence : votre profil peut correspondre à un besoin lui aussi urgent de l’entreprise. Bref, ne lâchez rien jusqu’à avoir trouvé. C’est le secret de toute recherche d’emploi : la régularité de vos actions finira par payer… tôt ou tard !

[email protected]’etudiant;fr sur jobatompaca.fr / Étienne Gless Publié le 16.05.2017 // © plainpicture/Westend61/Tom Chance

Le lien :

News

2 commentaires sur “12 questions à vous poser pour trouver un stage à la dernière minute

  1. GALLEGO le Répondre

    Bonjour,

    je suis à la recherche d’un stage, pour une période de 4 semaines, du 6 juin au 1er juillet. je n’ai toujours rien trouvé.
    Est ce que vous pourriez m’aider ?
    Merci

    1. André BREHELIN le Répondre

Laisser un commentaire

deux × cinq =