5 questions pour bien choisir votre BTS

Aujourd'hui, la moitié des diplômés de BTS décident de poursuivre leurs études et l'autre moitié de trouver un emploi. // © Fotolia

Erwin Canard Publié le // © Fotolia

Diplôme de niveau bac+2 comme le DUT, le BTS permet de poursuivre ses études ou bien de s’insérer sur le marché du travail. Qu’est-ce qu’un BTS ? Comment choisir sa spécialité ? Que faire après ? L’Etudiant vous aide à trouver des réponses.

1. Qu’est-ce qu’un BTS ?

Le BTS est un diplôme professionnel qui se prépare en lycée après le bac. Il permet d’obtenir un diplôme de niveau III, à bac+2, et dirige vers l’insertion professionnelle ou la poursuite d’études. Il y a plus de 100 spécialités de formation en BTS, au sein principalement de deux grands secteurs, la production et les services, mais aussi dans les secteurs desarts appliqués ou agricoles (ces derniers appelés « BTSA »).

Le BTS offre ainsi une formation « très spécialisée, notamment par rapport aux DUT« , explique Vincent Bernaud, secrétaire national du SGEN-CFDT, syndicat enseignant en charge de la formation professionnelle. « Pour un DUT d’une filière, il peut y avoir trois, quatre BTS différents », ajoute-t-il.

« Le BTS est une formation spécifique pour deux raisons, estime Thierry Reygades, secrétaire national en charge de la formation professionnelle du SNES-FSU, autre syndicat enseignant. Il permet d’avoir un parcours d’études supérieures permettant la double finalité de poursuite d’études ou d’insertion professionnelle dans un temps relativement court. La deuxième raison est que le BTS permet au jeune de rester en lycée. En effet, beaucoup se sentent bien au lycée et ne souhaitent pas passer le pas de l’université ou de l’emploi, voire de l’autonomie. » À noter qu’il est possible de suivre un BTS en apprentissage.

2. Quelle sélection à l’entrée des BTS ?

Tout dépend de votre parcours. Avec un bac général en poche, tous les BTS vous seront accessibles. Avec un bac technologique, il vaut mieux avoir suivi un cursus autour de la production pour intégrer un BTS du secteur production, même chose pour le secteur tertiaire. Par exemple : un bac STI2D pour les BTS du secteur industriel, un bac STMG pour les BTS du tertiaire, un bac ST2S pour un BTS de la filière sanitaire-sociale.

Pour les bacheliers professionnels, s’il y a désormais desquotasqui vous sont réservés en BTS, il est préférable d’avoir un cursus en adéquation avec le BTS ciblé. Exemple : un bac gestion administration pour un BTS management des unités commerciales, un bac conception mécanique pour le BTS conception de produit.

Certains BTS sont « sous tension », autrement dit il y a beaucoup plus de candidats que de places. Il s’agit des secteurs des arts appliqués, de l’hôtellerie, du tourisme ou de la communication. D’autres, bien que très demandés comme le BTS négociation relation client, offrent beaucoup de places et ne sont donc pas très sélectifs. « Certains BTS ont même moins de candidats que de places, notamment certains de la filière industrielle (productique, maintenance, etc.) », précise Vincent Bernaud.

Concernant les critères de sélection et les prérequis, « on regarde en premier lieu l’avis du conseil de classe sur la poursuite d’études, qui se détermine généralement au conseil du 2e trimestre, explique Thierry Reygades. On regarde également l’implication du jeune dans ses études, s’il a été présent, attentif, sérieux. Cela est plus important que les résultats de l’élève, même si le jeune doit être bachelier. » Certains BTS accordent une grande importance à certains compétences : les langues vivantes pour les BTS tourisme, commerce international ou assistant manager ; sciences de l’ingénieur pour certains BTS du secteur industriel.

À noter qu’il existe parfois des remises à niveau, en arts appliqués (architecte d’intérieur, design d’objet par exemple) ou en hôtellerie restauration.

3. Comment choisir son BTS ?

« D’abord, déterminez vos centres d’intérêts, et ayez une idée fiable des emplois possibles et des débouchés après la formation », assure Vincent Bernaud. Pour vous renseigner sur les débouchés, dirigez-vous dans un CIO ou rendez vous aux journées portes ouvertes du lycée. Aller à ces journées est d’ailleurs « fondamental », pour Thierry Reygades, afin de rencontrer les enseignants, voir les équipements, discuter avec des anciens élèves. Les débouchés dépendent beaucoup des régions. « Pour la filière industrielle, certaines comme la Franche-Comté, l’Occitanie ou la Nouvelle Aquitaine sont très porteuses d’emploi et les entreprises viennent vous chercher avant même la fin de vos études », explique Vincent Bernaud.

Vous devez également savoir ce que vous voulez faire après le BTS : vous insérer sur le marché du travail ou poursuivre vos études ? En effet, « il y a différents types de BTS, énumère Thierry Reygades. Certains sont très spécialisés et conduisent surtout à l’insertion professionnelle (exemple : fonderie, forge…). D’autres sont plus généraux, tels que mécanique, commerce international, négociation relation client, management des unités commerciales, et sont mieux adaptés à la poursuite d’études soit directement après le BTS, en école d’ingénieur, de commerce, ou en licence pro, ou pour intégrer une classe prépa en vue d’une école. Puis, il y a des BTS très spécialisés qui conduisent à une poursuite d’études mais elle aussi très spécialisée, notamment en arts appliqués. »

Toutes les spécialités sont accessibles dans un BTS public, mais il existe également des BTS privés. Dans certains secteurs, comme en esthétique-cosmétique, ils sont même plus nombreux. Renseignez-vous à chaque fois sur les taux de réussite.

4. Quels enseignements en BTS ?

L’organisation de l’enseignement se rapproche beaucoup de ce que vous connaissez en lycée : des classes d’environ 35 élèves, 30 à 35 heures de cours par semaine, des contrôles de connaissances en cours d’année, un diplôme validé par un examen terminal. L’assiduité est contrôlée mais, en BTS, vous êtes majeur et ce sera désormais à vous, et non plus à vos parents, de justifier vos absences.
Concernant les cours, il y a deux types de matières : les disciplines générales (français, mathématiques, langues vivantes…) et professionnelles. Ces dernières occupent entre la moitié à deux tiers du temps. Du fait du nombre élevé d’heures de cours et que les matières professionnelles nécessitent souvent des outils que vous n’avez pas chez vous (logiciels, etc.), le travail à la maison demandé n’est pas insoutenable.

Les cours d’enseignements généraux sont principalement des cours classiques ou des TD, alors que ceux d’enseignements professionnels sont la plupart du temps en TD ou TP. Des stages sont obligatoires durant votre cursus. Leur nombre et durée varient selon les spécialités, mais il y a souvent deux semaines de stage de découverte en première année puis six à huit semaines de stages en fin de première année ou début de deuxième.

Si le BTS n’est pas le meilleur moyen pour faire une partie de vos études à l’étranger, sachez que certains, comme tourisme, assistant manager ou commerce international, ont dans leur cursus un stage à l’étranger obligatoire.

Par ailleurs, vous pouvez redoubler votre première et votre deuxième année de BTS. Pour la première, le conseil de classe vous le proposera mais n’a, normalement, pas le droit de vous l’imposer. Puis, si vous ratez l’examen en fin de deuxième année, une nouveauté de la rentrée 2016 vous donne le droit de redoubler dans votre établissement d’origine.

5. Comment réussir son BTS ?

Comme « l’essentiel du travail se fait au lycée, il faut être extrêmement présent en cours« , conseille Thierry Reygades. « Il ne faut toutefois pas négliger le travail personnel, la rédaction des projets, des rapports de stage », ajoute Vincent Bernaud. Il est essentiel de ne pas négliger non plus les matières générales. En effet, « c’est la cause principale de l’échec en BTS, explique Thierry Reygades. En outre, ce sont elles qui feront la différence sur le marché du travail car tous les élèves qui sortent de BTS ont quasiment les mêmes compétences professionnelles. Or, si le candidat parle mieux anglais, ou a une meilleure culture générale, il se démarquera. Ces matières sont d’ailleurs fondamentales si vous voulez poursuivre vos études. » Pour mettre toutes les chances de votre côté, il est important de faire preuve d’autonomie, notamment en ne se limitant pas à ce que les enseignants vous demandent en termes de travail et, aussi, en vous intéressant au secteur.

Le lien de l’article : http://www.letudiant.fr/etudes/btsdut/comment-bien-choisir-son-bts.html

News

Laisser un commentaire