Du diplôme à l’emploi. L’épilogue pour Séverine : elle a validé sa période d’essai !

Séverine devant l'entrée du château de la Tour d'Aigues, qui abrite les bureaux de l'office de tourisme Luberon Côté Sud. // © Photo fournie par le témoin

Séverine devant l’entrée du château de la Tour d’Aigues, qui abrite les bureaux de l’office de tourisme Luberon Côté Sud. // © Photo fournie par le témoin

Se lancer dans la vie active est souvent un défi. L’Etudiant suit plusieurs jeunes diplômés dans leur recherche d’emploi pour vous aider à traverser ce moment particulier grâce à leurs témoignages. Séverine, diplômée d’un master en écotourisme, a passé la période d’essai de son contrat décroché dans un office de tourisme. Happy end !

Épisode 4. 8 mars 2017. « Je n’ai pas eu de mauvaise surprise. Tout correspondait à ce qui était décrit dans l’offre d’emploi et à ce que l’on m’avait dit pendant l’entretien. » Après avoir accepté son CDD (contrat à durée déterminée) à l’office de tourisme Luberon Côté Sud (Vaucluse), en janvier 2017, tout est allé très vite pour Séverine. « Le samedi, on me remettait mon diplôme de master en écotourisme à l’université d’Angers. Le dimanche, je partais pour le Vaucluse, pour commencer mon travail le lundi. J’ai découvert de nuit ces nouveaux paysages, ils m’ont beaucoup intrigués… En Vendée, tout est plat. Ici, il y a du relief ! »

Embauchée pour six mois, Séverine a pour mission de valoriser le patrimoine naturel et culturel du territoire. « Sur des itinéraires identifiés, je dois notamment enrichir de textes le site qui réunit les parcs naturels régionaux de Provence-Alpes-Côte d’Azur, les Chemins des parcs. »

Lire aussi :
Épisode 1. Séverine, chef de projet tourisme, vise un poste « en espace naturel protégé »
Épisode 2. Séverine se fait aider par l’APEC
Episode 3. Séverine : « Je vais valoriser le patrimoine naturel du Luberon ! »

Des chaussures de randonnée pour outils de travail

Concrètement, Séverine chausse régulièrement ses chaussures de randonnée pour son travail. « Je vais devoir créer trois circuits de randonnée sur des thématiques variées : géologie, biodiversité, histoire des Vaudois – communauté religieuse persécutée au Moyen Âge… C’est donc très varié ! »

Intégrée à une équipe de dix personnes, ayant un âge proche du sien, Séverine se réjouit de ce premier poste. « Ma directrice donne sa chance à de nombreux jeunes, l’ambiance est chouette. J’ai une certaine autonomie dans mon travail. »

Payée 1785.60 € brut (« c’est le minimum conventionnel pour le statut d’agent de maîtrise »), pour 35 heures de travail par semaine, Séverine se sert de la voiture de l’office quand elle doit se déplacer. Elle a par ailleurs trouvé une colocation non loin de son bureau. « L’un de mes colocs travaille à la communauté de communes. On se croise aussi dans le boulot. L’autre est en formation, on s’entend bien ! »

Aide à la mobilité via Pôle Emploi

L’installation de Séverine a été facilitée par une aide de Pôle emploi, d’environ 800 €. « Cela s’appelle la prime à la mobilité. On peut l’obtenir dans le cadre d’un contrat de plus de trois mois, si le lieu de travail est situé à plus de deux heures de son domicile habituel. Il ne faut pas hésiter à la demander. »

Séverine a fini sa période d’essai depuis mi-février. À l’heure actuelle, elle ne sait pas ce qui se passera à la fin de son contrat, fin juillet 2017. « Je serai quoi qu’il en soit ravie de poursuivre ici. » De ses recherches d’emploi passées, elle a reçu quelques retours pour passer des entretiens, qu’elle a refusés. « J’ai été recontactée par le parc du Puy du Fou pour faire la saison à l’accueil ou à la restauration. Je leur ai demandé de garder mon CV pour août et septembre, au cas où !« , raconte-t-elle. Toujours assurer ses arrières : une bonne stratégie…

Retrouvez ici :
Tous les épisodes de la série « Du diplôme à l’emploi » grâce à notre timeline.
– Les parcours de Rémy, ouvrier pâtissier, Jordan, diplômé d’un master de lettres et Alice, titulaire d’un BTS audiovisuel.

News

Laisser un commentaire

douze − 1 =